28/11/2005

Malik chah

Sous le règne d’Alp Arslan, les Turcs multiplient leurs interventions en Anatolie et en Syrie. Dès 1071 ils occupent Jérusalem, qu’il leur faudra reprendre en 1077. Ils détruisent le royaume d’Arménie, prenant Ani, sa capitale (1064), forcent les Arméniens à émigrer en Cilicie où ils fondent sur la Méditerranée le royaume dit de Petite Arménie. Les Byzantins, qui jusqu’alors n’ont pas réagi, se décident enfin à intervenir quand accède au pouvoir un général, Romain Diogène. L’empereur traverse une Anatolie dévastée, démoralisée, et rencontre les Grands Seldjoukides près du lac de Van, à Mentzi Kert (1071). Il se fait tailler en pièces et tombe, captif, aux mains de ses vainqueurs. Alp Arslan ne cherche pas à exploiter son succès. Il libère Romain Diogène, lui rend ses terres. Ce sont les Byzantins eux-mêmes qui les livreront un peu plus tard aux Turcs, quand ils auront l’idée d’appeler certains d’entre eux comme fédérés dans l’espoir de protéger leurs frontières. Malik chah n’a sans doute pas l’âme guerrière. Certes il a fait la guerre en Sogdiane et en Syrie où interviennent les Fatimides d’Égypte, des chiites encore ; il y est appelé au secours par les bandes turques qui ont pris Damas (1076) et, pour la seconde fois, Jérusalem (1077). Il y envoie son frère Tutuch qui s’empare d’Alep, la confie à Ak Chungkur, père du futur Zengi auquel la ville doit tant, et d’Antioche (1086). C’est aux Seldjoukides de Syrie – les fils de Tutuch, Ridwan d’Alep et Dukak de Damas – à d’autres princes locaux et aux Égyptiens que les croisés auront affaire : Arrivés au Proche-Orient en 1096, ils enlèveront Antioche (1098), Édesse et Jérusalem (1099).

1seldjouk

 


03:12 Écrit par uchisarpension | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.